ANTILIA

granpapoo
100 Posts
100 Posts
Messages : 141
Inscription : mercredi 06 juillet 2005 18:34
Localisation : france métropolitaine

ANTILIA

Message par granpapoo » lundi 28 mars 2016 13:43

Abordons , à présent, la strate mythologique de la suite antilia < antilla < antilles.
Commençons par cette définition curieuse trouvée sur Wikipédia :
"L'île d'Antillia ou Antilia est une île fantôme de l'Océan Atlantique prétendument située à l'ouest de l'Espagne. Elle est aussi connue sous le nom d'Île des Sept Cités, Sept Cités, Ilha das Sete Cidades (en portugais), Sete Cidades, Sanbrandan (ou Saint-Brendan)."
Pour pouvoir rendre compte de cette définition, il nous faudra forger le concept de mythe "horizontalier" qui nous permettra de comprendre pourquoi ce type de mythologie évolue au cours du temps, de façon quasi mécanique et zoomer sur deux aspects de ce type de mythe: a) la dynamique horizontalière,
b) l'écologie mythologique horizontalière.

granpapoo
100 Posts
100 Posts
Messages : 141
Inscription : mercredi 06 juillet 2005 18:34
Localisation : france métropolitaine

Re: le mythe "horizontalier"

Message par granpapoo » mercredi 30 mars 2016 18:55

Un mythe, de notre point de vue, est un récit littéraire qui d'une part prétend échapper à l'espace-temps et d'autre part se donne pour plus réel qu'un espace-temps précis, voire que l'espace -temps en général ! A priori donc le mythe d'Antilia n'est pas un mythe puisqu'il parle d'une île dont il proclame l'existence...
A posteriori, par contre, il nous faut pour mieux cerner notre sujet, imaginer un lieu (une île) qui soit à la fois "secret" et "source de paroles". Les rédacteurs (ou conteurs) auxquels nous ferons référence seront, par exemple, des contrebandiers portugais : Ils auront accumulé un trésor au large du Portugal et l'évocation de ce trésor les rendra ivres de joie. Ils seront mûs par une double injonction, celle d'en parler, de se valoriser, de dévoiler leurs titres de bravoure et donc de noblesse mais aussi celle de cacher le bien mal acquis, son adresse, aux autorités et/ou aux jaloux qui voudraient le retrouver. Le mythe répond donc à cette contradiction : parler et se taire... De plus, si l'existence de la cache (ou pire la cache) est découverte, il faudra la déménager et donc réinventer le mythe...
Voilà, ce que nous proposons ici c'est de penser correctement le mythe d'Antilia, de le penser en termes contradictoires, en termes de tension littéraire ou oralitaire résultant d'une double injonction, en termes de dynamique de créations et de recréations récurrentes. De sorte que le mythe d'Antilia échappe à l'espace-temps tout en renvoyant à l'espace-temps mais pas à la façon d'un dogme, d'une norme littéraire ou d'une intuition injonctive. Le mythe d'Antilia fonctionne, au contraire, à la manière d'une marge, d'un "camp de marrons", d'un maquis de résistants. Ce que nous proposons c'est de voir le mythe d'Antilia comme un mythe, comme le symétrique symbolique de la cachette au fin fond de la forêt, comme "le secret du monde" coupé du monde par la mer, la pleine mer, par l'océan tel qu'il n'apparaît pas puisqu'il dérive du grand large, du trop grand large...
En allemand, un conte de fées est un "Märchenbuch", autrement dit un Livre de Marche, un ouvrage "frontalier". En portugais, une Antilia est originellement une île située "de l'autre côté du miroir", de l'autre côté de l'horizon, de l'autre côté de la frontière maritime naturelle du royaume de Portugal. Une Antilia est une île "horizontalière". Mais il y a un "mais"...

granpapoo
100 Posts
100 Posts
Messages : 141
Inscription : mercredi 06 juillet 2005 18:34
Localisation : france métropolitaine

Re: L'horizon technologique d'Antilia

Message par granpapoo » jeudi 31 mars 2016 09:44

Le "mais" qui va modifier en permanence et qui continue à modifier le mythe antillais est l'horizon technologique.
Nous ne sommes pas des spécialistes de la question mais il est évident qu'à partir du moment où le tronc flottant est remplacé par le radeau, la carte mythique qui désigne Antilia change d'échelle. De même, lorsque l'embarcation devient un petit bateau alors qu'elle était une barque l'horizon se déplace. On sait que des progrès furent accomplis grâce à la voile latine en méditerranée. On sait que plus tard des marins africains enseignèrent aux marins portugais l'art de louvoyer (autrement dit de zigzaguer afin de défier les vents), ce qui permit aux portugais d'envisager les voyages allers (portés par les vents favorables) mais aussi les voyages retours (par vents contraires). A chaque étape, la carte mythique d'Antilia changea d'échelle ! L'île promise était toujours plus lointaine...
...mais la Terre est ronde.
Cette course sans fin devait donc prendre fin..."à cause" d'un navigateur portugais : Magellan !
Pourtant le mythe antillais a survécu, reste à savoir comment !!

Répondre