67 - Man inmin palei, ...

Partage entre internautes
Répondre
Potomitan
Moderator
Moderator
Messages : 200
Inscription : vendredi 09 juillet 2004 16:18
Contact :

67 - Man inmin palei, ...

Message par Potomitan » samedi 11 septembre 2004 06:27

22.5.2004

BONJOU

Man inmin palei, man connet palei,min pou écri pa compté enlé moins. D'aillè ou kai ren'cô ou compte, min trop parole, pou encouragé travail important tala ou ka fait a.

Mèci epi continué pas moli.

Alain Remy

Potomitan
Moderator
Moderator
Messages : 200
Inscription : vendredi 09 juillet 2004 16:18
Contact :

Message par Potomitan » samedi 11 septembre 2004 06:28

Sa nowmal ki ou pa konnet ékri kréyol ! Si tout le monde parle la langue de ses parents, seuls ceux qui sont allés à l'école savent l'écrire. Pour lire et écrire une langue, il faut un apprentissage de type scolaire (par forcément occidental d'ailleurs comme le montre l'exemple des "madrasas" ou écoles coraniques). Or, l'école française, jusqu'à tout récemment a toujours superbement ignoré le créole et comme je l'ai déjà dit à un autre internaute, nous sommes analphabètes dans notre propre langue.

Toutefois, ce qui nous distingue des 2 milliards d'analphabètes qui existent dans le monde, c'est qu'on nous a appris à écrire une autre langue, le français. Il est donc là aussi tout à fait normal que lorsque nous désirons écrire le créole, nous le fassions en nous servant de ce que nous connaissons déjà à savoir l'orthographe française. Pendant 2 siècles, le créole a été écrit avec une graphie étymologique c'est-à-dire inspirée de celle du français et c'est dans les années 50 pour Haïti et les années 70 pour les Antilles-Guyane qu'une graphie phonétisante a vu le jour. Aujourd'hui, chez les écrivains, la graphie étymologique a quasiment disparu mais il existe plusieurs graphies phonétisantes.

Celle du GEREC-F est la graphie qui depuis 30 ans tend à s'imposer aux Antilles-Guyane françaises, à Sainte-Lucie et en Dominique. Elle est très proche de celle des Seychelles et assez proche de celle d'Haïti. Il ne faut cependant pas se bloquer sur la graphie. Ce qui importe au stade actuel, c'est d'écrire, écrire et encore écrire. Dans les lettres ou les mails que vous envoyez à vos amis, écrivez en créole, peu importe la graphie ! Peu importe que vous dérogiez aux règles fixées par le GEREC-F ! Ces dernières sont utilisées à l'école, à l'Université, dans la publicité et sur les pochettes de CD et finiront tôt ou tard par s'imposer.

Une graphie est quelque chose de dynamique: à preuve Jean BERNABE, fondateur de la grapgie-GEREC, l'a modifiée trois fois en 30 ans afin de répondre au mieux aux attentes des scripteurs (de vous donc !) et rien ne dit que de nouveaux changements n'interviendront pas dans dix ans. L'essentiel en la matière est d'avoir un horizon graphique, un repère, une norme, tout en sachant que cette norme évolue avec le temps.

D'ailleurs, si vous voulez vous auto-former tout de suite à la graphie-GEREC, aucun problème ! Procurez vous l'ouvrage de Jean BERNABE, "La Graphie créole" publiée en 2002 aux éditions Ibis Rouge.

Merci de vos encouragements !

Raphaël Confiant

Répondre