langue créole

Partage entre internautes
Répondre
Didier Hue
New entry
New entry
Messages : 3
Inscription : dimanche 03 octobre 2004 13:52
Localisation : Moselle
Contact :

langue créole

Message par Didier Hue » dimanche 19 novembre 2006 18:03

Bonjour,

J'essaie tant bien que mal d'approfondir ma connaissance du créole, en particulier grâce au Créole sans peine de H. POULLET et S. TELCHID.

Ce qui me frappe sans cesse, au niveau du passage d'une langue à l'autre, c'est le côté très imagé et redondant de la phrase créole quand on la compare à la relative platitude de sa traduction française.

Est-ce la règle en créole, ou s'agit-il d'un parti pris des auteurs, cherchant à privilégier des structures plus idiomatiques?

Une autre source d'étonnement pour moi est la profusion lexicale du créole, un mot tel que pouvant se traduire ola, kikoté, o, oti ou otila en créole guadeloupéen.

Est-ce que ce sont des variantes dialectales ou est-ce qu'un même locuteur est susceptible d'utiliser concurremment chacune de ces formes?

Merci pour vos réponses,

Didier.

Francesca
Site Admin
Site Admin
Messages : 111
Inscription : samedi 24 juillet 2004 18:18
Contact :

Message par Francesca » mardi 21 novembre 2006 20:27

Bonjour,

J'ai transmis votre message à Hector Poullet, voilà sa réponse.

Cordialement,
Francesca
A propos du "créole sans peine", Sylviane et moi avons fait ce travail il y a plus de 10 ans. Il est probable qu'aujourd'hui nous ne traduirions pas de la même façon. A l'époque nous voulions en effet faire ressortir la beauté des métaphores créoles et démontrer que le créole n'était pas un pidgin.

Ceci dit, ton correspondant à tout à fait raison quand il note le coté redondant du créole. C'est, à mon avis, l'aspect de l'oralité: en effet les langues qui ont une longue tradition de l'écrit ont développé un vocabulaire spécifique afin que celui qui encode et celui qui décode ne se trompe pas. A l'oral, le surcodage permet de s'assurer que l'interlocuteur à bien compris le message.

Quant à l'utilisation systématique d'images, il faut en trouver l'origine dans la polysémie: chaque mot pouvant avoir plusieurs sens. L'utilisation d'images, d'expressions idiomatiques, de proverbes, est comme une argumentation, la preuve que ce que l'on dit est juste. L'image remplaçant le mot qui manque dans le vocabulaire, vient encadrer un vide.

Enfin pourquoi otila, ola, oti, o? Il s'agit de formes pleines et de formes tronquées. Pourquoi dépenser l'énegie de dire "otila" quant " o " suffit. Un peu comme "cinématographe", "cinéma" "ciné". En créole, encore une fois, comme dans toute les langues qui n'ont pas un longue tradition de l'écrit, on trouve beaucoup de ces formes pleines et tronquées ou de variantes dialectales comme "kikoté".

Pour finir, il faut aussi savoir que la maison Assimil nous a imposé un certain nombre de règles pour rester dans le cadre de la méthode qu'elle propose quelque soit la langue. Nous devions nous adapter à leur protocole. Ce qui n'est pas une critique, car sans cela, nous nous serions dispersé. En effet, là non plus nous n'avions pas de tradition ni de modèle, c'était la première fois qu'on tentait d'apprendre le créole à des non créolophones.

Merci à ton correspondant et je lui souhaite bon courage.
Hector

granpapoo
100 Posts
100 Posts
Messages : 147
Inscription : mercredi 06 juillet 2005 18:34
Localisation : france métropolitaine

Message par granpapoo » mercredi 06 décembre 2006 20:51

Cher Didier,
Tu écris "J'essaie...d'approfondir ma connaissance du créole..."Or, le premier problème que tu rencontres c'est que tu n'approfondis pas ta connaissance du créole mais du créole guadeloupéen ! C'est un peu comme si tu écrivais: "J'essaie d'approfondir ma connaissance de la langue romane" et que tu achètes"le castillan sans peine". Ce serait très bien mais pour un Français qui parle aussi une langue romane ce serait insuffisant !
La vraie langue romane n'existe pas, ou plutôt si : le latin ! Idem est de la langue créole, à moins de changer de référent et de penser non plus au latin mais au grec. Les Grecs se dotèrent à partir de la langue d'Athènes (l'attique) d'une langue commune ou koiné.
Les Créoles ont le choix entre la stratégie du latin (langue morte !) et la création d'une koiné créole. Ils ont le choix entre l'insularité sans peine et l'unité avec beaucoup de peine ! Mais ça vaut la peine: Larivyè pa tini bèl pawòl men sé li ka ba-w zabitan !

kenn
100 Posts
100 Posts
Messages : 153
Inscription : mardi 10 avril 2007 17:01
Localisation : CANADA

Message par kenn » mardi 24 avril 2007 14:29

Ils ont le choix entre l'insularité sans peine et l'unité avec beaucoup de peine ! Mais ça vaut la peine: Larivyè pa tini bèl pawòl men sé li ka ba-w zabitan !

Mon te vle reponn ba ti fraz sila-a mon ka twouve ki ben enteressan , sa enteressan davwè sa finn ka poze sou on tab , yon kestion ki tinn anchay potalans asou ki kanman evolussion futu a lanng kreyòl ke ye , ès sa se dwe on evolussion chak pèp sou kot bò a-yo èvè pwòp dialèk a-yo , òs si non , chak pèp ke kenbe dialèk a-yo me nan menm tan tou y'ava ka fè jèfò pou rapwoche lanng-lan adan yon strat k'ava luzib pou tout mounn jan nou ka konnet ki pa on travay enpossib dèss nou ka wè ,ek nou ka konpwann nou ata lè nou chak ka parle ak pwòp dialèk an-nou-an, kidonk
sa vinn finn annik ret yon kestion ki chize kòl sou volonte va chak mounn k'ape òben k'ava konpoze on biten ak lanng kreyòl , ou gandwa (peut) chwazi utilize kèk mo kèk expression ki pa prezan atè zil a-w epi w explike ba mounn an ki kote yo finn sòrti
sou on lòt kanman kestion , fòk mounn ki pa finn te ko jwenn chans koute
òben etudie sa mounn atè lòt zil kot kreyòl-la ka parle finn te ekri kwè nou tini douz lanng differan jan nou konn ap tande y kèk fwa , lanng martinikè pa osi differan ak lanng guadeloupeen jan kon kèk fwa nou konn ap wè y finn marke adan kèk liv òben tou lanng haitien pa finn osi differan kit se ak lanng martinikè ò guadeloupeen ò guyanais ò seychellois yo tini plus ressanblanss pase diferrans , yo tini mwens differans pase ressanblans , si younn (quelqu'un ) kapab gen diffikulte konpwann lòt se plus pou de grenn rezon ki finn osi konpwénab, kanmenmsi kapab gen plus pase sa tou me mon pa finn ko konnen yo .
premien : nou pa janme te ko etudie kreyòl-la pou nou te kapab fonksionne ave y nan konmunikassion fòrmèl , kididonk otomatikman younn (quelqu'un) pa nan konvèrzassion blag ak yon lòt i gen diffikulte koze pass li pa te pare pou sa
dezienm : fòk nou rekonnèt
chak zonn kòt kreyòl-la ka parle tini nuanss lokal a-yo eki a sa nuanss sala-yo pa diffuze pièss lòtkote ou kapab remarke sa klèrman atè haiti
kot gen kèk nuanss ant fasson koze mounn ki nan nòr , mounn ki nan sant
mounn ki nan sud , me se ti nuanss yo ye sa pa ka bwore koze ant pièss mounn ,.
haiti nòr : i finn ba li zafè a-y ;se machinn a mouche-a ; se pitit a pitit a-yo
haiti sant : li finn ba li zafè li ;se machinn mouche-a ; se pitit pitit yo
annik sa nou ka remarke se èt mounn lan nòr utilize kèk yon prepozision ki se a tankou mounn guadeloupe èk mounn zil dominick yo distenge i=il èk li= lui alòs nan sant èk sud haiti mounn la-yo utilize on menm kanman koze èk mounn martinik epi sainte-lucie , yon fwa younn finn ka konpwann sa , ou pa gen p'onyonn diffikulte pou w kapab konpwann sa k'ap marke isit kon sa k'ap marke laba
se menm bagay-la tou ant lòt dialèk la-yo
evideman tou egzanp sa-a sot nan jan mounn haiti , me sa kapab ka on jan pi differan lè se èvè yon reunionais aki yomenm yo plus gen on tandans prepoze adjektif possessif-la
manman'w= out manman / manman'nou = nout manman
nan ka sa-a li sa ka mande w pou w gen kèk nossion , ki ka fassilman axssessib si sa se va a-younn toudbon . nan finn apwann kèk nossion sila-yo se pi djanm kreyòl-la ava pi djanm pi doubout pi douvan lè w'ava gen pou w ekri ou p'ape gen pièss difikulte pou w sav kreye fraz konplèxs fraz abstrèt .
Si zòt vle plus konnanss asou sa zòt temèt ( pouvez) tcheke nan on liv , ki finn parèt denpi 1987 ki rele kòl FONDAS KREYÒL-LA otè li se BERNABE JEANE i edité akaz HARMATTAN
kanmenmsi liv sa-a finn trape ven lanne anlè tèt'li i se on referanss konplèt asou bann nuanss ki nessessè pou younn finn konnen pou i sav koze èvè yon lòt .
Pou nou boute fòk nou di si nou finn gen abilite pou nou kapab koze lòt lanng an on mannie ki bidjoul se annik akoz nou te bien apwann yo se kantite konessans ou finn tini asou yon bagay kit ki bagay li ye ya ki pèrmèt ou ka youz li jan ou ka youz li ya atò.
KENN

kenn
100 Posts
100 Posts
Messages : 153
Inscription : mardi 10 avril 2007 17:01
Localisation : CANADA

Message par kenn » mardi 24 avril 2007 14:41

Se annik pou korije yon fot innakseptab mwen finn fè asou prenon otè liv fondas kreyòl-la, otè li se Bernabe Jean .

mi koreksion-an ba zòt tout

FONDAS KREYÒL-LA
JEAN BERNABE
HARMATTAN , 1987

Lè zòt ava finn konsulte y zòt ava gen plus fassilite konpwann nuanss chak zil kot kreyòl-la ka parle atè caraib-la

annou fè plus attanssion èvè fot la-yo
kenn
KENN

kounta
Moderator
Moderator
Messages : 75
Inscription : lundi 19 février 2007 03:50
Localisation : Lakarayib

Message par kounta » mardi 25 septembre 2007 06:03

quand on parle du créole , en fait c'est vague. On devrait parler, de même, du CAPES des créoles. Les variantes dialecticales devrait être mentionnées. je préfère parler de dialectes martiniquais, dialectes guadeloupéen, dialectes haitien. Il y a la langue créole avec ses variantes dialecticales à base lexicale française.
On apprend des dialectes...

Répondre