En cette 210eme annee de l'independance d'Haiti

Toute sorte de proposition pour des nouveaux articles, ...
kelita
90 Posts
90 Posts
Messages : 98
Inscription : jeudi 02 août 2007 16:58
Localisation : Port-au-Prince,Haiti

En cette 210eme annee de l'independance d'Haiti

Message par kelita » mardi 31 décembre 2013 19:50

En cette 210 eme année de l’indépendance d’Haïti et la journée mondiale de la paix


Le temps passe, fait son chemin à travers l’espace et ne s’attarde pas en chemin à attendre personne. Les jours passent comme l’éclair et nous revoilà en ce premier janvier 2014 à faire le mémorial de notre indépendance. Cette date si importante qui marque le 210 eme anniversaire de l’indépendance d’Haïti corrobore avec celle de la journée mondiale de la paix.

210 ans depuis que Toussaint Louverture. Dessalines, Christophe, Pétion, Capois la Mort et consorts se sont livres à une bataille sans merci, à un combat viril entaché de sang guettant à tout bout de champ l’ennemi pour s’en débarrasser, pour sortir de l’étau de la honte, de l’humiliation, de l’esclavage, de la Métropole française, de la domination de la force napoléonienne.

Un vrai combat, une vraie bataille, une brillante victoire. L’ennemi vaincu part en déroute, les troupes indigènes victorieuses de la guerre partent pour un nouveau démarrage. Liberté, égalité, fraternité, l’union fait la force tels sont les mots, les slogans, les cris lancés par nos aïeux et si bien imprimés sur la toile de notre bicolore. 210 ans, un long chemin parcouru jusqu’alors et le bilan ? Oserons-nous fils et filles de la patrie à l’aube de ce premier janvier scander ces mots, prononcer ces paroles ? Avons –nous depuis nous les haïtiens d’aujourd’hui travailler à faire fructifier le sol fertile légué comme héritage par nos ancêtres ?

Vertiere, Butte Charrier, Crête à Pierrot, nous en sommes encore loin, trop loin. Nous nous sommes, disons-le, pour notre perte dangereusement éloignés de ces prouesses à la fois historiques et héroïques qui marque la grandeur d’âme de notre histoire, de notre valeur. Malheureusement, et c’est de notre part une erreur assez grave de ne pas savoir apprécier.

Et c’est ce qui nous a valu ce que nous sommes en train de vivre depuis un bon bout de temps sur ce territoire. L’injustice, l’impunité, l’irrespect, les violations, les abus des droits, les gabegies dans les administrations, la dilapidation. Cette pauvreté extrême qui perdure, l’exploitation de la masse. Cette misère nauséabonde qui borde les parterres de nos rues. Cette déforestation, ce déboisement massif, cette menace écologique. Haïti n’en peut plus, elle en a par-dessus la tête.

Cette jeunesse sans espoir en l’avenir, qui se drogue, se prostitue. Ces mendiants, ces femmes, ces enfants, ces pleurs, ces gémissements, ces cris de douleur. Cette population dépravée, mourant de faim, de soif. Haïti au beau milieu de ce 21eme siècle n’en peut plus de ces poids lourds qui lui pèsent constamment sur les épaules, elle a grand soif d’un renouveau.


Et encore deux siècles et un décennie a commémoré en commun accord cette même journée dédiée à la paix dans le monde. S’il nous faut en ces occasions allumer des bougies, ce n’est certainement pas pour fêter et chanter happy independance day ou pour souffler de toute notre force sur le gâteau mais au contraire pour pleurer à chaudes larmes le sort de ce pays divisé par la haine, la discorde, la mésentente. Ces luttes charnelles qui se succèdent au nom de l’intérêt d’un petit groupe au détriment de l’intérêt de la masse qui souffre. Ces préjugés marques par la couleur de la peau depuis la nuit des temps qui nous carbonise, nous tue.

Plus un instant de paix, de répit. L’on ne côtoie dans de pays que la violence, les casses, les mis a feu, les jets de pierre, des déchoucages, des dérapages, des manifestations pour dire non sans honnêtes passions.

Qui parle de paix ? Qui travaille à ramener la paix sur la frontière entre Haïti et la République Dominicaine ? Nos voisins dominicains qui nous assaillent depuis des matins. A qui la faute ? A qui le blâme ? Pourquoi tant de violences, tant de haine, tant de mépris, tant d’ingérence. Des haïtiens, nos frères, nos concitoyens qui vivent dans des conditions infrahumaines en république voisine au jour le jour bêtement rapatriés sur la frontière sans respect pour les principes de droits humains.

Sauvagement exploités, assassinés par les dominicains où est-elle donc passée notre dignité de peuple ? Est-ce pour ces infamies, ces horribles humiliations que nos ancêtres ont lutté? Non, nous disons non, Haïti ne mérite pas ça, nos ancêtres ne méritent pas ça, le peuple haïtien ne mérite pas ça.

Et il est impérativement de notre devoir de chercher à résoudre les problèmes, recoudre les morceaux, de chercher ce qui fait notre valeur. De travailler pour que les autres peuples comme les dominicains nous respectent tout en les respectant en tant que peuple et tout en se respectant aussi.

Nous ne pouvons pas passer tout notre temps à accoucher que des bêtises ! comment calculer une somme pareille ; deux siècles et un décennie de médiocrité, c’est le comble de l’ironie !. Nous ne devons pas continuer à banaliser l’histoire car elle se chargera elle-même de nous juger, avec équité.

En tant que deux peuples partageant un même territoire, nous devons dans nos relations cultiver le respect des droits, le respect des lois. Respect des normes et principes régissant les relations internationaux. Respect des droits des haïtiens, des dominicains-haïtiens, des fils et filles issus des descendants dominicains et haïtiens nés sur le sol dominicain. Parce qu’ils sont des humains pas des bêtes et même les bêtes nécessitent une manière de les traiter.

En ces 210 ans de notre indépendance et à l’occasion de la journée mondiale de la paix, hommes et femmes haïtiens ressaisissez-vous ! Et vous les dominicains gare a vous ! Car il n’y a rien de garant dans des décisions qui se prennent dans l’irrespect, l’illégalité. Les lois sont prises pour régulariser les rapports, les formaliser pas pour les dénaturer.

Cette frontière appartient à nous tous haïtiens et dominicains. En ce monde ou la technologie de l’information, les outils de communication font leur avancée de manière fulgurante, les langues ne sont plus une barrière, nous devons donc chercher à résoudre nos différends par le dialogue franc, et non la violence.

Dominicains cessez vos guerres, cessez vos violences car ces procédés n’ont jamais profite à aucun peuple, à aucun pays, à aucune nation, à aucun gouvernement de ce monde. L’histoire nous en donne bien raison.

Combien de gouvernements, d’hommes politique, de régimes racistes, fascistes, dictatoriales avec leur doctrine, leur philosophie politique, leur passion exacerbée du pouvoir, se sont vus échoués comme une vieille épave sur les rivages du temps qui les a rattrapes au tournant. Des exemples à suivre, ils sont pléthores et le monde aujourd’hui n’a pas besoin de violence, de division, de guerres, il a beaucoup trop souffert de ces sarcasmes.

Deux siècles et une décennie d’indépendance de notre chère Haïti. Haïtiens recherchez en lieu et place de la haine, de cette lutte fratricide, cette union qui fait la force, cette force agissante, puissante qui peut nous conduire à renverser les obstacles dressés par les ennemis du progrès, de la démocratie, du développement durable.

Et en cette journée mondiale de la paix, peuples du monde entier, haïtiens, dominicains, recherchons le dialogue, la fraternité, l’amour, la paix sur ce territoire qu’ensemble nous partageons, sur cette frontière qui appartient à nous tous.




Bonne et heureuse annee 2014 et bonne fete de l'independance

Répondre